Cycle végétatif de la vigne

Cycle végétatif de la vigne : Vers le début du mois d’avril, les écailles protectrices qui recouvrent le bourgeon s’écartent, laissant apparaître la bourre : c’est le débourrement.
Après l’apparition des premières feuilles et des premières grappes vient la floraison (au mois de juin). Cette étape est très importante dans le cycle reproducteur du raisin.
Les conditions météorologiques sont alors déterminantes. Dans l’absolu, les températures doivent être comprises entre 20 et 25 ° C, et les précipitations être quasi inexistantes.
Malheureusement, certaines années, des conditions climatologiques défavorables provoquent une mauvaise fécondation augmentant les risques de coulure.
Lorsque les ovules sont fécondés, les fruits se développent : c’est la phase de la nouaison. Les baies grossissent tout en restant vertes.
A partir de la mi-juillet, les raisins changent de couleur, c’est la véraison.
Pendant cette phase, la couleur s’affirme et la quantité d’acide diminue fortement, tandis que celle de sucre augmente rapidement.
De plus, de nouveaux composés phénoliques s’élaborent, en particuliers les tanins, les matières colorantes et aromatiques.
Lorsque ces divers constituants sont au maximum, la maturité est atteinte et les vendanges peuvent commencer. La maturité est variable selon les cépages. il y a des cépages plus précoces que d’autres.
A partir de mi-novembre, les feuilles commencent à tomber, c’est le début du repos végétatif de la vigne.
Il faut savoir que la vigne fait ses réserves à partir de la mi-août, c’est l’aoûtement : la sève commence à descendre et les réserves vont s’accumuler dans les racines. Cette phase se prolonge jusqu’à la mi-novembre.

Cycle végétatif de la vigne

Cycle végétatif de la vigne : Le cycle végétatif de la vigne est la durée de développement de la vigne sur le cycle d’une année.

1/ Le débourrement des bourgeons : en mars ou avril, les bourgeons latents sortent de l’hiver en faisant éclater la pellicule ligneuse qui les protège du froid. Les feuilles apparaissent en premier, suivies par les grappes de fleurs. On appelle débourrement la première phase de retour à la vie, car, en éclatant, les bourgeons perdent leur bourre, sorte de renflements qui apparaissent sur les sarments.

2/ La floraison : elle a lieu en juin et dure très peu de temps, dix jours au maximum. C’est un moment très délicat qui aboutit à la nouaison ou fécondation. Si le temps est humide et froid, on risque la coulure, c’est-à-dire la chute des fleurs et la non-fécondation des ovules. La précocité de certains cépages, notamment le chardonnay, les rend vulnérables à cette affection.

3/ La véraison : la grappe s’est maintenant chargée de grains qui se développent lentement. Au mois d’août, le raisin est au maximum de son acidité ; celle-ci va commencer à décroître avec l’accumulation des sucres. La véraison est la période qui voit les grains passer d’un vert profond à toute une gamme de couleurs, du translucide au doré, en passant par le rouge violacé. On peut alors déterminer l’époque des vendanges.

4/ La maturité : tout est une question de teneur en sucres et en acides organiques. Le jour des vendanges se décide lorsque l’on est sûr que la teneur en sucres du raisin ne pourra plus augmenter. Dans les régions froides, il faut attendre le tout dernier moment pour obtenir une maturité parfaite. Dans les secteurs chauds, il suffit d’arriver à l’état d’équilibre entre sucres et acides en fonction du vin qui va être fait.

5/ La dormance : les vendanges sont terminées. Les feuilles sont tombées et la vigne va se recroqueviller sur elle-même pour le repos hivernal. Un autre cycle s’achève. Depuis la véraison, elle a stocké de la réserve en amidon. C’est l’aoûtement. Ainsi, année après année, elle peut améliorer ses qualités et son rendement. Dès novembre, la prétaille commence, une taille de propreté avant l’hiver.