Sulfatage

Sulfatage : n. m. Le sulfatage est l’action de traiter au sulfate de cuivre ce qui permet la prévention de diverses maladies (mildiou, oïdium). Le traitement n’est pas toxique puisque le produit utilisé est de type fongique  (contre les champignons). Le sulfatage des vignes commence à la mi-mai et se termine à la mi-août. Le premier, lorsque les pousses ont atteint 10 à 15 cm, le second juste après la floraison, et le troisième au tout début de la véraison. Un quatrième est quelquefois  nécessaire en août, pour conserver le bon état des feuilles et favoriser ainsi le bon mûrissement des baies.

En saison humide, un sulfatage hebdomadaire : Mais en cas de saison humide, il faut alors prévoir un sulfatage hebdomadaire. Le sulfatage se fait à la bouillie bordelaise par pulvérisation. C’est un produit efficace contre le mildiou qui contrairement à l’oïdium*, vit à l’intérieur des tissus de la plante. La bouillie bordelaise est un mélange de sulfate de cuivre, de chaux grasse et d’eau. Quant à  la bouillie bourguignonne, la chaux est remplacée par du carbonate de soude. En agriculture bio qui supprime toutes les substances chimiques nocives à la plante, on traite à base de soufre et de cuivre sous différents dérivés (le cuivre demeure interdit avant la floraison). Le but étant la suppression des insecticides et pesticides. Le cahier des charges impose alors un maximum de six kilos par hectare et par an.

*L’oïdium lui, se développe sur l’extérieur de la vigne en la recouvrant de mycélium. Il se traite par poudrage de soufre 2 ou 3 fois selon la région et l’année. Rappelons que l’oïdium n’a pas besoin de pluie pour se développer, mais qu’une humidité de l’air élevée suffit à son développement.

Le sulfate de cuivre contre d’autres maladies : Signalons aussi que le sulfatage permet de lutter contre d’autres maladies de la vigne comme le black-rot (constaté pour la première fois en France en 1885) ainsi que le rot blanc. Soufre ou sels de cuivre sont également nécessaires pour combattre le pourridié et la pourriture grise (Botrytis cinerea).