Bigarade

Bigarade : n.f.  La bigarade est un agrume, fruit du bigaradier (Famille des Rutacées – Nom botanique : Citrus aurantium L.) qui est un arbre de 5 à 10 mètres à floraison continue. L’origine du bigaradier est incertaine : de Chine disent certains d’Inde diront d’autres.
Le fruit, les feuilles, les rameaux et la fleur ont de nombreuses applications alimentaires et en parfumerie.
Ce fruit est plus petit que l’orange douce et a la peau rugueuse teintée de vert ou de jaune. Sa chair est acide, peu juteuse, très amère et contient beaucoup de pépins.
Ce fruit qui est un agrume s’est répandu au début de l’ère chrétienne en Inde et fut introduit dans le sud de la France par les croisades. Les Maures le cultivèrent intensivement près de Séville en Espagne, ce qui valut au fruit son surnom d’orange de Séville.
Les fleurs d’oranger amer sont blanches ou roses, plus grandes que celles de l’oranger doux et très odorantes. Elles fleurissent au début du printemps.
Le fruit du bigaradier est surtout utilisé en conserve ou cuit (confiture, sirop, marmelade). La marmelade d’orange est faite uniquement à partir de l’orange amère et non de l’orange douce.
Très parfumée, la fleur de bigaradier sert à la fabrication de l’absolu de fleur d’oranger, de l’eau de fleur d’oranger et de l’essence de néroli utilisée en parfumerie et pour aromatiser les aliments. Ces extraits contiennent une forte proportion d’anthranylate de méthyle responsable de la note typique de la fleur d’oranger amer. Les rameaux sont utilisés pour la fabrication de l’essence de petit grain bigarade, une huile essentielle riche en acétate de linalyle.
Du zeste du fruit on extrait l’essence d’orange amère utilisée pour la fabrication du triple sec, d’amers, du Grand Marnier et du Cointreau, dont on trouve des plantations notamment en Haïti du coté du Cap-Haïtien.
Dans le sud-est de la France, on utilise les fruits en macération dans du vin (blanc, rosé ou même rouge) additionné de sucre et d’alcool pour confectionner un apéritif : le vin d’orange.
À Malte, où le bigaradier a été introduit avant l’oranger, la bigarade est aujourd’hui utilisée dans la fabrication du soda maltais, le Kinnie, ce qui lui donne son amertume caractéristique.
La clémentine a d’abord été considérée comme un hybride entre le mandarinier (Citrus deliciosa Ten.) et une variété de bigaradier à feuille de saule (Citrus salicifolia Raf. ‘Granito’). Ce dernier avait été importé d’Espagne comme porte-greffe pour les cultures d’agrumes. Toutefois des études récentes menées par la station INRA de San-Giuliano en Corse consacrée à l’agrumiculture, ont montré à partir de l’analyse des chromosomes qu’il s’agissait en réalité d’un hybride entre le mandarinier et l’orange douce (Citrus sinensis).