Alevin (poisson)

Alevins

Alevin (poisson) : L’alevin (ou collectivement : fretin, nourrain) désigne tout poisson, de mer comme d’eau douce,  subadulte éclot.
Les alevins ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques, mais les espèces étudiées sont presque toujours quelques espèces d’intérêt commercial et d’élevage (saumon, truites, brochets, etc.). Les alevins sont généralement peu colorés voire presque transparents.
Taux de survie de l’alvevin : Il est très variable selon les espèces, et parfois selon les années (en zone aride notamment).
De nombreux poissons pondent chaque année un grand nombre d’œufs (jusqu’à plus d’un million par femelle chez certaines espèces), mais un grand nombre d’alevins n’atteindront jamais l’âge de la reproduction.
Quelques espèces pondent moins d’œufs mais protègent leurs alevins (Voir Œuf de poisson).
Les larves et juvéniles sont particulièrement vulnérables à la qualité de leur environnement (fonds notamment, de gravier, sable non colmaté, à la qualité et disponibilité de la nourriture, et à certains polluants (dont les métaux, métalloïdes et métaux lourds, perturbateurs endocriniens, ou insecticides par exemple). Ils peuvent aussi être parasités par des champignons, bactéries, virus ou microsporidies. Même dans un environnement apparemment sauvage et éloigné des sources ce pollution ils peuvent souffrir des effets conjoints du dérèglement climatique, de l’eutrophisation et/ou de l’acidification des eaux ou d’une augmentation anormale de la turbidité.
Ils sont enfin une nourriture appréciée de nombreux prédateurs (chabot, perches et jeunes brochets par exemple) qui contribuent lors de cette prédation à la sélection naturelle.
Sous-catégories : On distingue généralement ou principalement deux stades chez beaucoup d’espèces de poissons :
la larve, qui suit l’éclosion et précède le stade juvénile — elle dépend de son sac vitellin pour sa nourriture ; le juvénile, qui suit l’état larvaire et précède l’état adulte.
Ce n’est que pour différencier le stade lécithotrophe de l’autonomie trophique qu’on distingue larves (parfois considérées comme « alevins vrais ») et juvéniles.
Identification de l’alevin : La forme, les couleurs et le comportement des alevins sont généralement très différent de ceux de leurs parents, ce qui rend leur identification parfois délicate. Il existe quelques guides destinés à l’identification des alevins d’espèces commercialement intéressantes que l’on peut chercher à capturer en pleine eau pour les introduire ensuite dans des élevages, ou que l’on a besoin d’identifier pour les inventaires de biodiversité subaquatique.

Éthologie : Les alevins ont souvent un comportement grégaires.
Selon leur espèce, ils sont plutôt lucifuges (*) ou photophiles (**) et dans les deux cas potentiellement sensible à la pollution lumineuse.
(*) Lucifuge : se dit des animaux qui fuient la lumière.
(**) Photophile : qui aime la lumière.

Les alevins de certaines espèces ont l’instinct de se laisser porter par le courant (sur de très longues distances parfois), ou au contraire de lui résister voire de le remonter ou encore après un certain temps passé en plein eau, de gagner un récif, des herbiers, etc. Ces comportements sont encore mal connus. Pour faciliter le travail du chercheur, ils sont parfois étudiés en aquarium ou écotrons (rivières artificielles).
Une minorité d’espèces de poissons prodiguent des soins parentaux à leurs alevins, éventuellement en les nourrissant à l’aide d’une sécrétion corporelle comme chez les Discus, ou simplement en les abritant dans leur bouche chez d’autres espèces.

Voir Civelle et Pibale.
Voir aussi Alevin sous Argot de bouche.