Bulot (mollusque)

Bulots

Bulot (mollusque) : Le bulot commun (mot venant du flamand wullok signifiant « escargot », appelé buccin, gros buccin, bourgot ou bulot, est un mollusque gastéropode marin et prosobranche (Nom scientifique : Buccinum undatum), qui est très courant sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique. Sa coquille verdâtre est spiralée, en forme de fuseau et non épineuse. Ce coquillage est très apprécié pour ses qualités gustatives. Après sept ans de réflexion, la Commission européenne a accordé le 7 février 2019 l’indication géographique protégée (IGP) au bulot de la baie de Granville, une zone qui couvre la côte ouest du Cotentin depuis Diélette jusqu’à Granville.
On utilisait le bulot comme appât pour attirer les morues à Terre-Neuve au Canada. Ce n’est qu’au cours des années 1950, que sa pêche et sa consommation se sont développées. Aujourd’hui, 70 % de sa production française est normande et 50 % vient de la baie de Granville.
Noms vernaculaires du bulot : Comme bien d’autres animaux marins, il porte de nombreux noms variant en fonction des régions. Il partage avec d’autres gastéropodes les noms vernaculaires de buccin ou bulot ; ran, bavoux, chucherolle, chanteur dans la Somme, calicoco dans le Cotentin, torion à Cancale, killog dans le Finistère, bavoux à Barfleur, burgaud morchoux aux Sables-d’Olonne, etc. Au Québec, il est nommé bourgot, mais la dénomination « bulot » est majoritairement usitée en Normandie qui est la première région productrice.
En France, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ne reconnait sous le nom de « bulot » que cette espèce parmi les Buccinidae.
On le trouve dans l’Atlantique jusqu’au nord du Canada et jusqu’à la Sibérie. Il est remplacé en Méditerranée par deux espèces proches (qui portent parfois le même nom) : Buccinum humphreysianum Bennet, 1824 et Buccinulum corneum (Linnaeus, 1758).
Description : le bulot ou buccin commun (Buccinum undatum). On y voit l’opercule à gauche, le siphon et les deux tentacules à droite.
Le pied du gastéropode est très développé et constitue la partie comestible de l’animal. Il devient adulte à 4 ans et peut vivre plus de 10 ans ; sa taille à 4 ans est de 5,5 cm, elle peut dépasser les 10 cm pour les sujets les plus âgés. Un animal adulte pèse environ 20 grammes.
La taille légale pour pêcher le bulot est égale ou supérieure à 4.5 cm.
Son régime est principalement nécrophage et il mange des cadavres de poissons ou de crabes. Il est attiré par les cadavres grâce à certaines molécules aminées que ceux-ci dégagent et qui sont perçues par le buccin au moyen d’un organe sensoriel, l’osphradie.

La pêche du bulot est saisonnière : la récolte est interdite en janvier, période de reproduction. Elle se fait exclusivement au casier car cette technique préserve les fonds marins et permet la relâche des autres espèce capturées et elle est limitée : 68 bulotiers (bateaux de moins de 12 mètres) prélèvent un maximum de 900 kilos par jour et par navire.
Courant février 2017, le Comité national en charge des IGP agroalimentaires de l’INAO a validé la reconnaissance en Indication géographique protégée (IGP) du « Bulot de la Baie de Granville », en vue de son enregistrement par la Commission européenne.
Pressions et menaces sur l’espèce : Cette espèce est vulnérable à la surpêche, mais aussi à la pollution marine et notamment à certains organostanniques dont le tributylétain (TBT) responsables d’imposex chez le bulot (comme chez d’autres mollusques marins) ; des doses infimes de TBT transforment des femelles en mâles ou les masculinisent assez pour empêcher la bonne reproduction de l’espèce.
En Méditerranée, on trouve sur les étals un autre escargot de mer, le murex, à coquille épineuse. Il est préférable de faire dégorger les bulots pas trop gros dans du gros sel durant 2 heures, puis de bien les rincer.
Cuits de 8 à 10 minutes (pour éviter de les durcir) dans un court-bouillon épicé, ils se mangent avec du pain beurré ou de la mayonnaise.
Le bulot se trouve généralement sur les plateaux de fruits de mer.

Voir Buccin.

Citation de l’écrivain français Michel Houellebecq : « Il me semble qu’à chaque fois j’ai pris des bulots mayonnaise  et un homard Thermidor et qu’à chaque fois j’ai trouvé ça bon,  je n’ai jamais éprouvé le besoin ni même le désir d’explorer le reste de la carte. »  in Sérotonine (2019, Éditions Flammarion).

Achetez ici et au meilleur prix du marché vos bulots :