Chichi frégi (pâtisserie)

Chichi frégi (pâtisserie) : Le chichi frégi est l’appellation provençale du chichi sur la côte méditerranéenne.
Ce gros beignet sucré est souvent confondu avec son cousin le churro. Le chichi frégi se consomme dans la rue en particulier à Marseille (village de L’Estaque), où chaque commerçant aime à s’en attribuer l’origine. Le « chichi » tient son nom de sa forme rappelant le sexe d’homme, appelé zizi dans le langage enfantin et chichi dans le parler local, et de son mode de cuisson frit, ou fregi en provençal. Il se vend surtout sur les plages, les foires et les fêtes foraines.
Historique : C’est en 1907 qu’Alexis Guglielmi popularisa ce beignet à Toulon en lui donnant le nom de chichi frégi. Il était vendu sur le cours Lafayette et fabriqué au quartier Besagne, quelques centaines de mètres plus bas, dans la rue de la Pomme de Pin. Cette maison depuis 2007, s’est installée dans la rue Vincent Courdouan.
C’est une véritable institution à l’Estaque, depuis les années 1930.
Préparation : À base de farine de blé et de farine de pois chiche, il est généralement parfumé à l’huile d’olive et à l’eau de fleur d’oranger.
Les ingrédients nécessaires sont : farine de blé, farine de pois chiche, levure, sucre en poudre, sel, eau de fleur d’oranger et eau. Il se présente ensuite sous la forme d’un long (15 cm) et large (5 à 10 cm) beignet plat, frit dans l’huile et roulé dans le sucre semoule ou saupoudré de sucre glace.