Rosbif (boucherie)

Rosbif (boucherie) : Le rosbif (mot provenant de l’anglais roast-beef, de roast « rôti » et beef « bœuf ») est un morceau de bœuf rôti (ou à rôtir) cuit au four ou à la broche. Les rôtis vendus sous l’appellation « rosbif » proviennent généralement de l’aloyau, de certains morceaux de la cuisse ou même de l’épaule (macreuse à rôtir) et usuellement servi saignant.
Le rosbif est bardé et ficelé – pour éviter la formation d’un croûtage superficiel durant la cuisson –, mais la viande est alors moins « saisie ».
En Angleterre, on le sert cuit à point, avec son jus, une sauce au raifort et le classique Yorkshire pudding.
En France, on le préfère un peu saignant Il faut normalement, après l’avoir sorti du four, le laisser se reposer pour une durée identique à celle du temps de cuisson. Le temps que le sang réintègre le cœur du rosbif. Car la cuisson a envoyé, le sang à la périphérie du rosbif. Mais le beurre enduit ou la barde a fait barrière pour éviter que le sang ne s’expulse du rôti lors de sa cuisson.

Voir aussi Rosbif sous Argot de bouche.

Citation de Charles Bukowski, écrivain américain, in Factotum : « – Ce n’est pas de la merde, monsieur. C’est du gras.
– Eh bien, je ne sais pas Jeannot, mais il semble que tu dois plus souvent bouffer de la merde que du rosbif ».