Kouglof

Kouglof de Noël

Kouglof : Le kouglof est une spécialité alsacienne, de l’Autriche, de la République tchèque et du sud de l’Allemagne. Le mot Kouglof est aussi orthographié : kougelhof, kugelhof, kugelopf, kougelhopf, kugelhopf ou encore kouglouf, en allemand Gugelhupf, en tchèque Bábovka . Il s’agit d’une brioche dont la forme est une haute couronne torsadée, souvent décorée d’amandes avant cuisson.
Garni de raisins secs marinés au rhum, le kouglof est la brioche servie en famille au petit-déjeuner dominical. On le prépare la veille car il est meilleur un peu rassis. Il accompagne aussi très bien les vins d’Alsace.
La pâte à kouglof est répartie dans un moule traditionnel spécial en terre émaillée ou en cuivre ouvragé.
Il existe à Ribeauvillé (Alsace) une légende qui prétend que cette pâtisserie fut confectionnée pour la première fois par les Rois Mages pour remercier un pâtissier local du nom de Kugel de son hospitalité, et que la forme est celle de leurs turbans. Marie-Antoinette aurait mis à la mode à la cour de France ce gâteau populaire en Autriche. Ce pays a d’ailleurs choisi le kouglof pour le représenter au Café Europe, activité de la Journée de l’Europe 2006.
L’origine du mot viendrait de Gugelhupf (Gugel signifiant cagoule chaperon en français à la mode au Moyen Âge en Allemagne et Hupf venant peut être de Hefe signifiant levure). Certains pensent que la transition vient du mot Kugelhut (kugel signifiant boule et hut chapeau), qui était le chapeau des parlementaires de Strasbourg à l’époque.
En Alsace, les formes des kouglofs furent très variées. D’après le Musée Unterlinden, « la feuille de cuivre est mise en forme à la main sans soudure par un dinandier qui est un artisan fabriquant des objets utilitaires et décoratifs par martelage à partir d’une feuille de cuivre, d’étain ou de fer-blanc.
Les moules miniatures très ornés, ainsi que les moules munis dès l’origine d’anneaux de suspension, étaient accrochés par les ménagères dans la cuisine pour témoigner d’une certaine aisance et de la qualité gastronomique de la maison. » Le commentaire du musée précise aussi que « les moules en cuivre, ou leur équivalent en terre cuite vernissée, pouvaient également être offerts comme cadeau de mariage. ». De nos, jours les moules à Kouglof sont en matériau composite monobloc.