Mako (poisson)

Mako (poisson) : Le requin mako ou requin-taupe bleu (Nom scientifique : Isurus oxyrinchus) est un poisson de mer. C’est une espèce de requin de la famille des Lamnidae.
Il est de couleur bleu nuit sur le dessus et blanc en dessous. De forme très hydrodynamique, il a une taille maximale de quatre mètres. Ses fentes branchiales sont particulièrement larges.
Répartition et habitat : Pélagique (*) et parfois côtier en eaux tropicales et tempérées. Évolue de la surface à 740 mètres de profondeur.
(*) Pélagique : Relatif à la haute mer ; qui vit dans les parties les plus profondes de la mer.

Reproduction : Ovovivipare avec cannibalisme intra-utérin. De 2 à 21 embryons mesurant 60 cm à la naissance. La gestation durerait deux ans.
Essentiellement des poissons pélagiques comme les thons mais également des requins ainsi que des céphalopodes.
Ce requin est capable de maintenir une température corporelle supérieure d’environ 10 °C à celle de l’eau, cette particularité couplée à ses larges fentes branchiales lui permet d’atteindre rapidement des vitesses élevées et de faire des bonds hors de l’eau. Crédité d’une vitesse moyenne de 50 km/h, certains auteurs avancent que sa vitesse de pointe serait de l’ordre de 110 km/h, ce qui prouverait que ce requin est capable de faire des bonds de 10 mètres hors de l’eau. Compte tenu de son régime alimentaire
cette vitesse lui permet de chasser des poissons pélagiques parmi les plus rapides comme le voilier ou l’espadon. Il peut vivre 25 ans.
Étymologie et dénominations : Le requin-taupe bleu fait partie de la famille des requins-maquereaux, un petit groupe de requins rapides divisés en cinq espèces. Comme ses proches parents, le grand requin blanc et la maraîche, les adaptations très particulières du requin-taupe bleu à son environnement en font l’un des super-prédateurs de la mer.
Pêche : C’est l’un des requins dont la chair est utilisée en cuisine. Il est généralement vendu débité en darnes. La chair de ce poisson est ferme et ressemble à celle du thon, sauf la couleur qui est un peu plus claire.
Danger pour l’homme : Malgré quelques attaques, dont deux fatales, non provoquées mettant en cause cette espèce, on peut raisonnablement dire que sa réputation de dangerosité pour l’homme est largement surfaite.
Le requin mako est cependant soupçonné de diverses attaques en novembre et décembre 2010 à Charm el-Cheikh en Égypte : une touriste allemande aurait été tuée par un requin longimane ou un requin mako alors qu’elle nageait dans la mer Rouge devant son hôtel. Ce à la suite de deux attaques contre des baigneurs russes et ukrainiens la semaine précédente.
Conservation : Le mako est vulnérable à cause de la surpêche : en effet il très prisé pour sa chair et ses ailerons. Sa longue période de gestation et sa maturité sexuelle tardive le rendent particulièrement vulnérable à la surexploitation dont il fait l’objet.