Gardon (poisson)

Gardon

Gardon : Le gardon (Nom scientitifique : Rutilus rutilus) est une espèce de poisson d’eau douce très commun, souvent de petite taille, mais pouvant atteindre 45-50 cm. Il vit généralement dans les eaux douces herbeuses en Europe et en Asie occidentale. Son nom latin d’espèce (Rutilus ; rouge éclatant) évoque probablement la couleur de ses nageoires, voire rouge aux reflets métalliques de son œil (qui est cependant d’abord jaune chez le juvénile).
Dans la plus grande partie de sa large aire de distribution, il est le plus nombreux parmi les espèces de poissons présents, mais pour ce qui est de la biomasse, il peut être dépassé par la brème et la carpe dans les eaux à forte turbidité et à la végétation clairsemée.
Ce poisson grégaire n’effectue que de courts déplacements sur son territoire et on ne le considère donc pas comme migrateur. En saison froide, il migre vers les eaux profondes où il vit au sein de bancs qui peuvent être denses et atteindre des centaines d’individus (y compris dans les petits ports intérieurs).
Le gardon adulte est réputé préférer les eaux riches en végétaux dont certains sont consommés par les jeunes ou les adultes et où les alevins se cachent facilement.
Il peut s’adapter à des environnements où les invertébrés sont rares en ralentissant sa croissance.

Noms vernaculaires par pays :
En France, le gardon porte en français régional les noms vernaculaires de rousse en Champagne, Franche-Comté et Lorraine, de roche dans le nord du pays et Rottel en Alsace.
En Belgique (francophone) Rousse ou Roussette.
En Angleterre le nom de Roach.
En Allemagne Rotauge ou Ploetze.
En Italie Pigo, Scardola.
En Espagne de Bolla.
En Pologne Płoć ou Płotka.
Le rotengle n’est pas un nom vernaculaire du gardon ; il en est simplement le cousin.

La génétique de ce poisson a été fortement perturbée par son élevage et sa dissémination par les pêcheurs ; on en connait une seule sous-espèce (dans les bassins de la mer Noire et de la mer Caspienne ainsi qu’en Italie dans la péninsule apennine), identifiable par des critères anatomiques.
La chair du gardon est appréciée, mais comme c’est l’une des espèces les plus tolérantes à la pollution, elle peut également parfois être polluée.
On prépare le gardon surtout en friture, et son goût est proche de celui du goujon.

Voir aussi Gardon sous Argot de bouche.